Une maison clé

La Maison blanche est un témoin de l’architecture pionnière du XXe siècle et de l’évolution de Charles-Edouard Jeanneret (Le Corbusier); son caractère néo-classique rompt avec l’Art nouveau régional et se réfère notamment aux expériences faites à Paris auprès d’Auguste Perret et à Berlin auprès de Peter Behrens: “Il s’agit de montrer à L’Eplattenier une autre architecture. Les maisons précédentes présentaient une image extérieure pittoresque. La villa Jeanneret-Perret partira du dedans pour aller vers le dehors”.
(Jacques Gubler, professeur du Département d’architecture de l’EPFL, pour la revue Architecture, 15.11.1987).

“La construction de la maison ne comporte que les murs extérieurs et quatre piles intérieures 50 x 60 cms. Tout le reste n’est formé que de cloisons légères pouvant être déplacées sans entraîner de frais importants [...] les proportions de toutes les pièces ont été étudiées de très près et [...] certaines des pièces obéissent même, par leur proportion, à certaines lois de l’architecture complètement perdues aujourd’hui et qui ont été employées autrefois dans les grandes époques d’art de l’antiquité (rapport numérique, largeur, profondeur, hauteur).”
Charles-Edouard Jeanneret, notice de vente, 21.01.1919.

L’organisation des espaces intérieurs et leur interaction varient à chaque étage sur la base d’une même structure.